Qu’est-ce que la bienveillance au travail ?

La bienveillance envers soi et tous est l’une des valeurs les plus promues par Prem Rawat dans chacune de ses interventions. Elle ne fait tout de même pas l’unanimité dans le monde du travail, notamment auprès des détenteurs de postes à responsabilité, ceux-ci estimant qu’il s’agit de créer un monde de bisounours.

Pourtant, la bienveillance promise par Prem Rawat pour les entreprises n’est pas synonyme de naïveté. C’est une forme de gentillesse sincère ayant pour but de mettre les salariés dans de meilleures conditions mentales pour bien accomplir les missions qui leur sont confiées.

La bienveillance au travail : définition

La bienveillance n’est pas définie de la même manière d’un dictionnaire à un autre. Si le célèbre Larousse parle d’une disposition d’esprit entraînant la compréhension et l’indulgence envers les autres, l’internaute évoque une aptitude à faire preuve d’indulgence, de gentillesse d’attention envers les autres d’une façon magnanime et compréhensive.

Le Centre National de Ressources textuelles et lexicales, de son côté, avance deux définitions. La première qualifie la gentillesse comme une propension à être généreuse à l’égard de tout le monde et la deuxième une qualité de volonté qui aspire au bien et au bonheur des autres.

Ces différentes définitions peuvent être synthétisées de la manière suivante : la bienveillance est une démarche visant le bonheur d’autrui en se basant sur sa compréhension et l’attention qu’on lui accorde. Quand on transpose cela à l’univers professionnel, il s’agit de s’intéresser à chaque membre de son équipe, en cherchant à lui comprendre et à lui donner toutes les attentions nécessaires pour qu’il trouve du bonheur dans ce qu’il fait au travail.

La bienveillance au travail : ses principaux plus

En invitant la bienveillance dans leur façon de manager, les personnes occupant un poste à responsabilité permettront à leur entreprise et au département ou service dont ils sont en charge de profiter d’un certain nombre d’avantages. Le premier est la diminution de l’absentéisme et du turnover.

En effet, en se sentant respectés et valorisés, les employés auront plus de désir de venir au bureau et moins l’envie de postuler dans un poste à pourvoir au sein d’une autre entreprise. La deuxième est l’augmentation de l’engagement et, par ricochet, celle de la productivité. C’est une façon pour eux de remercier une entreprise qui se soucie de leur bonheur et qui fait preuve de fierté à leur égard.

En optant pour le management bienveillant, les hauts responsables d’entreprises favorisent l’établissement de relations de confiance entre eux et leurs salariés et entre les salariés eux-mêmes. Et quand il y a confiance, les prises d’initiatives bienfaisantes pour l’entreprise deviennent plus fréquentes et la créativité en sera décuplée. Enfin, la bienveillance au travail permet à l’employeur de se donner une bonne image de lui.

La bienveillance au travail : les points de vigilance à respecter pour s’assurer de son efficacité

La mise en œuvre de la bienveillance au travail peut ne pas porter ses fruits sans le respect de certains points de vigilance, ce concept n’étant pas dénué de pièges. Le premier est l’existence des résistances réelles au changement. Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser en effet, il existe des employés qui sont à l’aise plutôt au fait que la décision appartient totalement au manager. Face à eux donc, le mieux est de faire en sorte que le changement se fasse en douceur.

Le copinage est également à éviter. Certes, en optant pour un management bienveillant, nous pourrons avoir tendance à être plus proches des membres de nos équipes. Cela ne veut cependant pas dire qu’il faut aller jusqu’à chercher à connaitre les moindres détails de leur vie ou même les inviter à manger chez soi un à un. Une certaine distance doit être maintenue pour que le respect mutuel puisse rester. La sincérité et le droit à l’erreur sont également de mise.